Vidéo : Les neuromythes Imprimer Envoyer
Le débat - Les mythes pédagogiques
Écrit par Françoise Appy   
Jeudi, 05 Février 2015 00:00

Elena Pasquinelli

Les neuromythes

Vidéo

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- -- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- -- --- --- --- --- --- ---

 

Voici une conférence donnée par Elena Pasquinelli, chercheuse spécialisée dans l’application des sciences cognitives à des domaines d’intérêt social. Cette prestation est passionnante tant par le contenu, clairement énoncé et argumenté, que par la forme et un discours bien senti, non dépourvu d’humour.

 

Aujourd’hui, la prise de décision fait l’objet de deux tendances : certains pensent qu’elle doit s’appuyer sur nos intuitions, nos instincts, d’autres disent qu’elle doit s’aider de la science. Elena Pasquinelli fait partie de la deuxième catégorie. Elle expose ici cette nécessaire rencontre entre science et société en expliquant qu’elle n’est pas sans risque. Elle choisit de présenter les risques dans la rencontre entre éducation et cognition. Elle identifie trois risques : Utiliser le savoir scientifique directement et de manière prescriptive – Passer directement du laboratoire à la salle de classe en ignorant les autres variables possibles – Les neuromythes.

L’essentiel de son exposé tourne donc autour des neuromythes qu’elle présente. Elle en fait l’historique et elle les démonte : Effet Mozart – Tout se joue avant 3 ans – Plasticité du cerveau (cerveau multitâches ; techno mythes) – Cerveau droit/gauche (à cette occasion, elle démonte l’argumentaire du  programme Brain Gym)– Entraînement “musculaire” du cerveau – Nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau.

À retenir, cette définition du neuromythe :

C'est une croyance fausse présentant les caractéristiques suivantes :
- elle est exprimée dans un langage scientifique ;
- elle est inspirée par des résultats scientifiques qui sont mal interprétés ou simplifiés ou périmés ;
- elle a une grande capacité de résistance à l’information disponible.

Elena Pasquinelle termine son propos par un faisceau d’explications nous permettant de comprendre pourquoi ces neuromythes sont si résistants à l’information documentée. Et suggère quelques pistes pour lutter effectivement contre leur diffusion.

Voici le genre d’exposé qui devrait être diffusé à tous les enseignants et fortement recommandé par la hiérarchie en lieu et place par exemple des animations pédagogiques stériles où l’on demande aux enseignants de devenir leurs propres ressources. Les sciences de la cognition sont absentes de la formation, ce qui est le meilleur moyen pour laisser la porte ouverte aux neuromythes… y compris bien sûr chez les formateurs.

 
 
Une réalisation LSG Conseil.