Livre : La bosse des maths - 15 ans après (Stanislas Dehaene) Imprimer Envoyer
En pratique - Gestion des matières
Écrit par Bernard Appy   
Jeudi, 09 Janvier 2014 00:00

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- -- --- --- --- --- --- ---

Stanislas DEHAENE : Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de psychologie cognitive expérimentale et membre de l'Académie des sciences. Il a publié Les Neurones de la lecture, qui a rencontré un très grand succès.

Résumé :
Oui, la bosse des maths existe ! Enfants ou adultes, calculateurs prodiges ou simples mortels, nous venons tous au monde avec une intuition des nombres. Peut-on localiser des zones spéci­fiques du cerveau ? L'imagerie cérébrale permet-elle d'identifier les neurones dédiés aux mathématiques ? Et comment aider l'enfant qui rencontre des difficultés à calculer ?
Pour comprendre pourquoi vous n'arrivez pas à retenir 7 x 8, comment une lésion cérébrale peut vous faire oublier 3 - 1 ou comment apprendre à extraire la racine cinquième de 759 375, suivez l'auteur dans les circonvolutions cérébrales de
La Bosse des maths !

« Le livre de Stanislas Dehaene allie qualité scientifique et richesse des références historiques. Une lecture passionnante qui conduit des animaux mathématiciens aux bébés qui comptent et aux cal­culateurs prodiges. Une très belle illustration des sciences cognitives. » La Recherche.

Commentaire :

Voilà un livre passionnant que tout enseignant du Primaire devrait lire lors de sa formation initiale. Il contient une multitude d’informations et d’explications qu’il serait vain de détailler dans le cadre de ce bref commentaire.
Je me contenterai d’aborder un point qui touche aux méthodes d’enseignement. Stanislas Dehaene va à l’encontre de ce qui est habituellement admis – surtout parmi les instructionnistes – mais son point de vue fait réfléchir parce qu’il n’est pas dénué de fondement.
Voici ce qu’il écrit à la page 150 :

« Nous ne pouvons guère espérer améliorer l’architecture de notre cerveau. Mais nous pouvons modifier nos méthodes d’enseignement, et même nos pratiques mathématiques, afin de mieux les adapter aux contraintes de notre biologie. Puisque les tables arithmétiques et les algorithmes de calcul sont, d’une certaine façon, contre nature, je crois que nous devrions nous interroger sérieusement sur l’opportunité de les inculquer de force à nos enfants. Car nous disposons aujourd’hui d’une alternative : la calculatrice électronique, omniprésente, peu coûteuse et infaillible. L’informatique transforme notre univers à un point tel que nous ne pouvons plus nous cantonner sans réfléchir aux vieilles recettes éducatives du temps jadis. Nous avons le devoir de poser la question : Vaut-il mieux que nos écoliers consacrent plusieurs centaines d’heures à ânonner des multiplications, comme l’ont fait leurs parents, dans l’espoir qu’elles s’inscrivent tant bien que mal dans leur mémoire ? Ou devrions-nous plutôt les former précocement à la calculatrice et à l’ordinateur ? »

J’entends déjà les partisans de l’enseignement traditionnel pousser des cris d’orfraie à cette seule perspective ! La calculatrice et l’ordinateur ayant été inventés après 1960, ils n’ont donc pas de place dans leur pratique d’enseignement.
En revanche, dans le cadre d’une démarche explicite, en phase avec la modernité de notre époque, calculatrice et ordinateur sont des outils familiers dans nos classes. Par ailleurs, ce que nous recherchons, ce n’est pas l’accumulation de connaissances encyclopédiques, mais l’efficacité dans les procédures d’enseignement et d’apprentissage. Si celle-ci passe par l’utilisation d’un outil performant comme la calculette, nous y recourons. Nous pourrions ainsi nous rallier sans difficulté au point de vue révolutionnaire de l’auteur. Mais encore faudrait-il que les programmes officiels l’autorisent, ce qui est encore loin d’être acquis.

_________________________
La bosse des maths - 15 ans après

Stanislas DEHAENE
Odile Jacob, 10/2010, 377 p.
 
 
Une réalisation LSG Conseil.