Direct Instruction et Enseignement Explicite Imprimer Envoyer
Pédagogie Explicite - Direct Instruction
Écrit par Françoise Appy   
Lundi, 28 Mai 2012 19:03

Direct Instruction et Enseignement Explicite

 

Direct Instruction

 

Il est nécessaire de faire une mise au point terminologique sur la question car il semblerait que ces deux termes soit assimilés par beaucoup de personnes peu au fait de l’histoire pédagogique américaine.

Le Direct Instruction ou enseignement direct, à ma connaissance, n’a jamais été traduit par "Enseignement Explicite" ni par "Pédagogie Explicite". Tout simplement parce que ce n’est pas exactement la même chose.  Le Direct Instruction est un courant pédagogique initié par "Zig" Engelmann dans les années 60. Il est basé sur un enseignement direct des compétences et habiletés, communiquées avec précision et logique, divisées en étapes progressives, toutes à la portée des enfants ; la maîtrise est mesurée avec soin ; il y a une rapide correction des erreurs ; les horaires sont  stricts ; on note une  insistance précoce sur la phonologie et le calcul ; enfin les révisions sont fréquentes pour permettre d’intégrer les nouvelles connaissances à celles déjà possédées.

Engelmann a réussi l’exploit – et cela en était véritablement un dans le contexte pédagogique de l’époque – de faire participer le Direct Instruction au projet Follow Through. Les résultats sont parlants, le Direct Instruction révèle alors toute son efficacité sur les trois aspects mesurés : habiletés de base, habiletés cognitives et habiletés affectives. Il dépasse et de loin les autres modèles évalués.

L’Enseignement Explicite ou Explicit teaching a été décrit et défini par Barak Rosenshine, professeur  l’Université d’Urbana-Champaign, en Illinois. Celui-ci travaillait sur les données recueillies par le projet Follow Through et cherchait à déterminer les éléments caractéristiques d’un enseignement efficace. Après un premier article paru en 1976, Rosenshine publia ses textes fondateurs en 1986. On considère qu’il est le "père" de l'Enseignement Explicite. Il a défini les 6 fonctions pédagogiques qui le définissent : 1/ le rappel de la notion précédente, 2/ la présentation du nouveau contenu, 3/ la pratique guidée, 4/ la correction en feedback, 5/ la pratique autonome, 6/ les révisions.

Bien entendu on trouve des similitudes entre Direct Instruction et Enseignement Explicite, d’abord dans les principes fondateurs, mais aussi dans les procédures pédagogiques. Pour faire court, on pourrait dire que le Direct Instruction est un exemple particulier d’Enseignement Explicite. L’approche pédagogique en Direct Instruction est pensée dans ses moindres détails : programmes, structures des leçons qui sont fournies aux enseignants sous forme de scripts, évaluations, séances de révision, gestion de classe. L’Enseignement Explicite, quant à lui, a défini les principes généraux et l’enseignant est libre de les mettre en place à sa guise. Le Direct Instruction est utilisé aux États-Unis au niveau d’écoles entières (la liberté pédagogique n’existant qu’au niveau des établissements et non au niveau individuel). Les enseignants sont formés à cette pratique, sont suivis, on leur fournit tous les matériaux appropriés. L’idée de script, qui peut sembler un peu saugrenue aux enseignants français, est justifié par l’idée que cela permet à l’enseignant, au moment où il fait sa classe, d’être complètement disponible pour réagir et d'être plus réceptif aux réactions des enfants. De plus, les séances ont été soigneusement construites et expérimentées afin que les résultats soient optimaux.

L’Enseignement Explicite, ici en France, est utilisé par un certain nombre d’enseignants qui le mettent en œuvre individuellement, complètement et librement dans leurs classes afin de répondre aux programmes en vigueur. Même si les buts et l’esprit que l’on trouve dans ces classes sont identiques à ceux qui animent les classes américaines de Direct Instruction, un observateur constaterait de nombreuses différences. Le Direct Instruction tel qu’il est pratiqué aux États-Unis n’aurait aucune chance d’être utilisé chez nous pour des raisons qui tiennent avant tout à notre culture pédagogique et à l’attachement que nous avons à tout gérer dans nos classes, depuis la conception des leçons, des exercices, des évaluations jusqu’à leur mise en œuvre.

Par conséquent, il apparaît clairement que l’Enseignement Explicite n’est pas le Direct Instruction. Néanmoins, ces deux formes pédagogiques appartiennent au même courant d’un enseignement efficace, basé sur les données probantes et capable de prouver l’efficacité qu’il revendique.

 
 
Une réalisation LSG Conseil.