Vidéo : 8 principes cognitifs pour un enseignement efficace Imprimer
La recherche - Daniel Willingham
Écrit par Françoise Appy   
Jeudi, 30 Janvier 2014 11:42

8 principes cognitifs pour un enseignement efficace

d'après Daniel T. Willingham

Vidéo

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- --- -- --- --- --- --- --- ---

 

 

1. L’esprit apprend en utilisant la mémoire à long terme et la mémoire de travail.

L’architecture cognitive s’articule autour de la mémoire de travail, espace limité en contenu et dans le temps, facilement en surcharge, et la mémoire à long terme, espace pratiquement illimité. Le but de tout enseignement doit être d'améliorer le contenu de la  mémoire à long terme. Si rien n'a changé dans la mémoire à long terme, rien n'a été appris. L'enseignement, pour être efficace, doit minimiser la surcharge de la mémoire de travail des élèves tout en maximisant la rétention dans la mémoire à long terme.

 

2. L’esprit critique repose sur un stock de connaissances.

Il est vain de vouloir enseigner des habiletés telles que par exemple l’analyse, si auparavant, on n’a pas enseigné les contenus nécessaires. L’enseignement efficace spécifie, séquence et vérifie les connaissances nécessaires sur un sujet afin que la pensée critique puisse s’exprimer. Il en est de même pour la résolution de problèmes. La pensée critique s’enseigne explicitement mais pour que cet enseignement soit efficace, il doit rester dans le contexte disciplinaire. Exemple : il est de bon ton pour l’enseignement de l’histoire à l’école élémentaire, de mettre les élèves en contact avec des documents historiques, sous le prétexte prétentieux de les initier à la pratique historique, dans la veine de la « main à la pâte ». Cela est contre-productif car les élèves n’ont aucune des connaissances indispensables à l’interprétation donc à la critique, ni la chronologie, ni la connaissance événementielle, ni le contexte politique, social ou religieux. Enseigner la pensée critique sans les contenus est un non-sens.

 

3. La mémoire est le résidu de la pensée.

Les élèves se souviendront de ce à quoi ils ont pensé lors de l’enseignement, et ce, quelle que soit cette pensée. C’est une règle générale qui s’applique à tous. Nous devons donc organiser nos actions pédagogiques autour de cette question : qu’est-ce qui va obliger les élèves à penser à telle ou telle chose ? Les leçons seront construites de telle sorte que les élèves trouvent intéressant d’en comprendre le contenu et puissent mieux le retenir. L’enseignement efficace utilise des questions, des problèmes, des exemples, des histoires et des moyens mnémotechniques pour rendre les sujets intéressants et aisés à retenir.

 

4. Les concepts abstraits sont compris par comparaison avec des exemples concrets.

Les abstractions sont difficiles à comprendre : nous comprenons les idées nouvelles dans le contexte de ce que nous savons déjà.  Les exemples concrets et les analogies aident à la compréhension des abstractions. L’enseignement efficace s’appuie sur ce que les élèves connaissent déjà, comme un moyen pour comprendre les éléments nouveaux.

 

5. L’apprentissage est impossible sans une pratique abondante.

La pratique présente 3 bénéfices : elle renforce les habiletés de base et les connaissances, elle prévient l’oubli et elle améliore le transfert vers d’autres problèmes. Les limitations de la mémoire de travail peuvent être contournées par l’automatisation. La pratique permet aux élèves d’avoir à leur disposition de manière quasi inconsciente, les connaissances basiques comme les tables de multiplication, le déchiffrage en lecture. L’enseignement efficace permet aux élèves de pratiquer les habiletés essentielles de multiples manières.

 

6. Les débutants n’apprennent pas comme des experts.

La cognition est fondamentalement différente entre novices et experts. Les élèves de l’école élémentaire (donc novices) sont capables de comprendre mais pas encore capables de synthèses de haut niveau.  L’enseignement efficace s’attache en priorité à la compréhension profonde. L’expert construit son expertise sur une énorme quantité d’informations en mémoire à long terme. Le débutant, l’élève, en est à l’acquisition de ces éléments ; par conséquent, il n’a pas encore les moyens cognitifs de l’expertise. Vouloir le faire raisonner comme un expert est vain. Cela explique l’échec de l’expérience constructiviste.

 

7. Les styles d'apprentissage n'existent pas.

Connaître les styles d'apprentissage des élèves n'est pas nécessaire. Les enfants sont plus semblables que différents en termes d’apprentissage. L'enseignement efficace se concentre sur le contenu de la leçon, pas sur les différences entre les élèves, ainsi que sur les décisions à prendre quant à la façon de procéder. Il utilise la dominante du sujet étudié et non celle des élèves concernés. « Les styles d'apprentissage sont l'équivalent en éducation de l’utilisation des sangsues en médecine : populaire à une certaine époque mais sans aucun avantage perceptible. »

 

8. Travailler dur améliore l’intelligence.

L’enseignant doit toujours parler de succès et d’échec en termes d’effort et non d’aptitude. L’enseignement efficace conduit les élèves à réaliser que le travail améliore leur intelligence. On se référera aux travaux de Carol Dweck sur l’esprit dynamique et l’esprit statique. Favoriser un esprit dynamique est essentiel pour les apprentissages.
En résumé, ce que nous apprenons des sciences cognitives est simple : éviter de surcharger la mémoire de travail et approvisionner la mémoire à long terme avec des questions, des connaissances, des exemples, des histoires, des analogies, de la pratique des moyens mnémotechniques et un esprit dynamique.